michel_mousseau_oeuvre
"Lisière d'infini", 2002
28 x 19 cm - Huile sur papier.
Exposition à l'Hôtel BEURY
Photographies : C. Loiseau.
Michel
Mousseau

Né le 27 juillet 1934 à Coutures (Maine-et-Loire), XXe siècle.
Français.
Peintre de compositions animées, intérieurs, dessinateur, décorateur.
Tendance abstraite.

“Ce qui vous paraissait si parfaitement géométrique et précis
ne l'est pas pour un regard qui s'arrête, et voici des contours
qui mettent de l'obscur dans les voisinages, tout un frémissement
et même un naturalisme de la matière et du mouvement lié
aux sillons minuscules laissés par le pinceau, aux barbes,
aux égratignures, aux éclats.

Vos yeux, avec plaisir, touchent là le chemin de leur pénétration
en même temps qu'ils sentent une finesse en relevant la mince
trace de l'activité manuelle qu'est aussi la peinture.

Vous passez de ce relevé sensuel à la plénitude d'un aplat,
et que dire de son rouge ? Sinon que votre regard en prend
la couleur tout comme il va devenir identique au pelage
satiné de ce gris.

La forme ne serait-elle qu'une manière d'accommoder la couleur
pour qu'ainsi plus désirable, elle retienne à jamais le regard
dans sa lumière et la pensée dans sa géométrie ?”

Texte de Bernard Noêl.

"Il s'est formé seul à la peinture. Jusqu'en 1973, il participe
rarement à des expositions collectives, puis 1973, 1974, 1979, 1982,
1989, 1995, 1996, 1997 Salon de mai, Paris ; 1974, 1982, 1991,
1992, 1993, 1994, 1995, 1996 Salon des réalités nouvelles, Paris ;
1981, 1982, 1983 Galerie Brigitte Schéhadé, Paris.
Il figure également à de nombreuses expositions collectives ayant
pour thème la poésie, les revues de poésie, le théâtre.
Il montre ses œuvres dans des expositions personnelles, dont :
-
1957, Galerie Malaval, Lyon ;
- 1959, 1962 Galerie Motte, Paris ;
- 1963 Galerie Motte, Genève ;
- 1964, The poeter gallery, Messilla, Nouveau Mexique ;
- 1965, 1966, 1968, 1969, 1971 Galerie La Cave, Paris ;
- 1993, "La Galerie" Franca et Pierre Belfond, Paris ;
- 1994, Le temps de peindre, Abbaye aux Dames de Caen ;
- 1995, Maison des Arts de Laon ;
- 1998, Paris, Galerie J&J Donguy ;
- 1999, L'Art dans les chapelles, Morbihan.

Parallèlement à son travail de peinture, Michel Mousseau va de plus
en plus s'intéresser à l'art graphique: illustration d'ouvrages et
livres d'artiste :

- Sauvage
d'Eugène Guillevic ;
- Mon palais de PierreAlbert-Birot ;
- De la fin du vol des oiseaux de Hughes Labrusse ;
- Noces de Luis Mizon ;
ainsi qu'en 1986,
un Calicot et;
en 1989, Peindre, dont il a lui même écrit les textes ;
- Lisière d'infini de Zéno Bianu, peinture en direct sur trente exemplaires,
Collection Happy few, Fata Morgana, Saint Clément, 2002 ;
- Précaires de Hughes Labrusse, couverture et soixante huit dessins,
Dumerchez, Verdonne, 2002 ;
- Afghanistan de Tahar Bekri douze dessins ;
- Les petits classiques du grand pirate,
Aubervilliers, 2002.
Recueils de poèmes, revues, réalisation de couvertures, d'affiches
(dont toutes celles du Marché de la poésie, Paris) et de médailles
(
Le Mal court pour et de Jacques Audiberti, Monsieur Bob ;
le pour et de Georges Schéadé, Hôtel de la Monnaie, Paris).

Il intervient également dans la décoration de théâtre :
- Moi,moi,moi de Henri Mitton, théâtre du Lucernaire, Paris, 1987 ;
- Le rebelle, de Jean-Michel Guenassia, théâtre Tristan Bernard, Paris, 1988 ;
- Lettre morte de Robert Pinget, théâtre de Lenche, 1990 ;
- Le Diable de Marina Tsvetaeva, théâtre de Vanves et Centre Georges Pompidou,
Paris, 1992 ;
- Le Naufrage de Thomas Bernhard mise en scène Pierre Chabert et Barbara Hutt,
Kiron Espace, Paris, 2001).

Peintre de figures dans des intérieurs, de paysages,
de natures mortes
jusqu'en 1970, il procédait par aplat violent
colorés, contenus par un dessin tenant sa fermeté du postcubisme.

Ensuite, au contact de la vie animée des plages normandes, dessin
et touches colorées se sont assouplis dans un système de notations
nerveuses. A partir des années quatre-vingt, il va structurer
des intérieurs en un réseau de tracés ménageant à certains endroits
des évocations figuratives et à d'autres des réserves de gris ou de blanc.
Peu à peu les teintes plates vont devenir premières et s'échelonner
en masses verticales, ceinturées par des tracés, jusqu'à recouvrir
quasiment la surface de la toile. D'esprit abstrait, ces compositions
jouent sur des alliances de couleur au tonalité contrastées."

BIBLIOGRAPHIE :
-
Michel Mousseau, catalogue de l'exposition, Paris,1971 ;
- Hughes Labrusse :
Michel Mousseau : le temps de peindre, J.M Place,
Paris, 1993 ;
- Madeleine Renouard :
Instants de Michel Mousseau, dialogue avec M.M
Catalogue de l'exposition Michel Mousseau,
le temps de peindre,
Abbayes aux dames, Caen, 1994 ;
- Bernard Noël : Roman d'un regard.
L'atelier de Michel Mousseau, J.M.
Place, Paris, 1995 ;
- Lisière d'infini de Zéno Bianu, peinture en direct sur trente exemplaires,
collection Happy Few, Fata Morgana, Saint Clément, 2002 ;
- Précaires de Hughes Labrasse, Couverture et soixante huit dessins, Dumerchez,
Verdonne, 2002 ;
- Afganistan de Tahar Bekri douze dessins, Les petits classiques du grand pirate,
Aubervilliers, 2002.

Site internet
http://www.michelmousseau.com

RETOUR ACCUEIL PEINTURE