francis Herth
oeuvre
Francis
Herth

Il est né le 21 février 1943 à Remiremont (Vosges).

Francis Herth a signifié très tôt son désir de peindre.
Il suit dès l’âge de quatorze ans l’enseignement
artistique de l’Ecole supérieure Saint-Luc de Bruxelles.
Il effectue un séjour à l’Académia Belgica de Rome
qui lui permet de travailler en Italie pour la première fois.

De retour en France, l’artiste agé de vingt ans,
s’installe à Paris et développe sa recherche par
l’encre, la plume et l’eau. Par ailleurs, Francis Herth
vit et travaille dans le Luberon. Il effectuera plusieurs
voyages en Italie. L’œuvre se dégage alors des
connotations précédentes, et, sans rien perdre
des rythmes déjà développés, se révèle comme
espace de mise en circulation des énergies
à travers l’orbe, la cellule : à ce point de sa quête,
le peintre explore la circularité comme champ
unique et confirme sa découverte par le travail
au pinceau oriental.

C’est à Paris que le poète Henri Michaux,
voyant l’œuvre de Francis Herth exprime, dès 1979,
l’admiration la plus vive. A la même époque,
un autre poète, Charles Juliet reconnaît l’œuvre
en présence. De cette rencontre naît, entre autres
textes, un recueil de poèmes :
L’Inexorable (Fata Morgana)
accompagnés de gravures de Francis Herth.

En 1987, l’attribution par la Fondation de France
du Prix Charles Oulmont
pour la peinture, met en
évidence les découvertes récentes et marque le
retour de l’artiste à Paris. Installé depuis cette date
dans un atelier de "La Ruche", Francis Herth
poursuit son travail.

C’est au contact des papiers orientaux, ductiles,
que le peintre, développant un geste unique, ouvre
un nouveau champ au cœur duquel les signes
s’inscrivent dans le bleu-nuit, et dans le noir.
Parallèlement, il découvre le marouflage, par
lequel la blancheur du papier révèle les lumières
dans leur profondeur.

Cette période est marquée en 1993 par la réalisation
d’un recueil de poèmes de François Cheng.
Les textes sont accompagnés, en regard, par les
aquarelles marouflées de Francis Herth. Il s’agit
de
Hors Saisons (Fata Morgana).

En 1994, dans le même esprit, deux encres répondent
à un texte de B.Fondane :
Au seuil de l’Inde (Fata Morgana).

De Mai à Juillet 1994, sur l’invitation du mécène et
collectionneur Yoshii, Francis Herth travaille à Kiyoharu
(Japon), dans un atelier analogue à celui qu’il occupe
à La Ruche. Les œuvres nées de la rencontre du peintre
avec le centre de l’archipel volcanique, sont exposées
à Tokyo, en Août 1994, galerie Yoshii.

Pendant ce même séjour, au contact de deux lettrés
– un maître calligraphe et un spécialiste du papier
attaché au musée de Yamanashi – il approfondit sa
connaissance de l’art du marouflage.
Les œuvres réalisées sont exposées à la Galerie Climats
en octobre 1995.

D’octobre 1996 à janvier 1997, répondant à l’invitation
de la fondation Yoshii,
Francis Herth séjourne à Kiyoharu
Art Colony, à Nagasaka (Japon), pour la deuxième fois.
Les œuvres issues de cette nouvelle expérience au
Japon sont exposées au Musée Shirakaba Kiyoharu,
Fondation Yoshii, en novembre 1996.
Au cours de ce même séjour il découvre aussi Kyoto et Nara.
Les œuvres réalisées durant son deuxième voyage au Japon
sont exposées à la Galerie Yoshii (Ginza) à Tokyo,
en septembre 1997.

L’ensemble des œuvres réalisées au Japon ont été
réunies et exposées à la galerie Yoshii de Paris sous
le titre
Traverse exposition de septembre à fin novembre 2000.

Projet d’une exposition au Japon dans le cadre du
Centenaire de La Ruche au Printemps 2003.

 

RETOUR ACCUEIL PEINTURE