art_peinture

La baleine noire 1996
(Acrylique/toile)


art_peinture

Les grands navigateurs 1997
(Acrylique /toile)


art_peinture

Cassandre 1997
(Acrylique/toile)


art_peinture


Les ames (détail de la descente aux Enfers 1998)
(Acrylique/toile)


art_peinture

La paternité 1996
(Acrylique/toile)


art_peinture

Carnet de notes 2000
(Collage)


art_peinture

La godiche 1999
(Platre/pigment)


art_peinture

Série : Les fèves 2006 (Platre/pigment)


art_peinture

Série : Les fèves 2006


art_peinture

Série : Les fèves 2006

art_peinture

Série : Les fèves 2006

art_peinture

Hommage à Fellini (travail en cours)
(Platre/Pigment)


art_peinture

Hommage à Fellini (travail en cours)

art_peinture

Hommage à Fellini (travail en cours)

art_peinture

Hommage à Fellini (travail en cours)

art_peinture

Série : Suzanne et les vieillards (détail) : travail en cours
(Acrylique /toile)


art_peinture

Suzanne et les vieillards (détail) travail en cours

art_peinture

Suzanne et les vieillards (détail) travail en cours

art_peinture

Suzanne et les vieillards (détail) travail en cours

art_peinture

Suzanne et les vieillards (détail) travail en cours

art_peinture

Suzanne et les vieillards (détail) travail en cours

art_peinture

Suzanne et les vieillards (détail) travail en cours

Bernadette
Février

Née à Rennes le 07/02/1946
Etudes de littérature ancienne et moderne, d’histoire de l’art.

EXPOSITIONS COLLECTIVES :
1976 : Galerie Stevenson Palluel - PARIS ;
1976-77 : Maison de la Culture de RENNES ;
1977-78 : “Féminie77”- Palais de l’UNESCO - PARIS ;
1978 : “Galerie 30” - PARIS ;
1980 : Exposition Muro Torto- VILLA MEDICIS- ROME ;
1982 : Espace Graslin NANTES (autresparticipants:
Novarina,Viallat, Pérez,Chevallier/Pleynet, Sollers, Roche,
Verheggen, Prigent, etc…) ;
- Exposition à l’Université du Mirail - TOULOUSE ;
1983 : Galerie “Le soufflet vert” - PARIS ;
1984 : Galerie Bernard Jordan - PARIS ;
- Galerie Le Chanjour- NICE ;
- Exposition organisée à NAMUR et BRUXELLES par
le Théatre-Poême de Bruxelles ;
1989 : Galerie 15 - Exposition “Le franc symbolique”- LILLE ;
- Exposition-anniversaire de la revue TXT et des éditions Muro
Torto au Centre National d'Art Comtemporain de BRUXELLES ;
- Exposition dans le cadre du Festival de MONTMARTRE ;
- “Cinq ans d’art contemporain” MJC - Le MEE 77350 ;
- Exposition “Réparation de poésie”- QUEBEC(Canada) ;
1990 : Exposition à MONTROUGE ;
1994 : Exposition à La CHAPELLE GAUTHIER ;
1995 : Exposition à La CHAPELLE GAUTHIER ;
1998 : Exposition au Salon de BARBIZON ;
1999 : Exposition à BARCELONE avec le sculpteur G.Descossy ;
2002 : Exposition “L'Art Pour 20 Balles”. 71110 LIGNY en
BRIONNAIS chez P.Ferrari ;
2003 : Exposition “Les grands bains douches de la plaine”
organisé par P.Ferrari et Esox Lucius – MARSEILLE.

EXPOSITIONS PERSONNELLES :
1984 : Exposition à la MJC du MEE 77350 ;
1986 : Exposition à la MJC du MEE 77350 ;
1987 : Exposition au Salon 68 bd de Rochechouart PARIS18° ;
1990 : Exposition au Salon 68 bd de Rochechouart PARIS18° ;
2001 : Exposition au Casino Venier à VENISE: “Le Voyage de
Marco Polo : 12Visions hallucinées” ;
2002 : Exposition à Instituto Romeno di cultura e ricerca umanistica -
Palazzo Correr ;
-VENISE :“Hommage à Venise” (conférence de Maria Buleï, de
l'Université de Padoue : le Voyage comme motif dans la littérature
italienne.

INTERVENTIONS DANS LES EDITIONS A TIRAGES LIMITES :
1975 : Peintures pour “DES PEINTRES” - Coll. ECBOLADE ;
1978 : Peintures pour “LA/LES COULEURS” - Coll. ECBOLADE ;
1979 : Collages pour “L’ABC libéré des entraves” - de V. Khlebnikov
éd. MURO TORTO ;
1982 : Encres de Chine pour “UN COUP DE DEFAIRE D’EGO” –
d’E. Clemens éd. CARTE BLANCHE 1984 : Pastels pour
“A TRAVERS LES OEILLETS” de F. Mayroecker éd. MURO TORTO ;
1984 : Peintures dans la revue TXT n°15.

COMMANDES :
1982 : Peinture murale de 4m/2m50, rue de la Gaité PARIS 14°,
dans le cadre du Mécenat Industriel (Régie RENAULT) pour
“ART PROSPECT” ;
1983 : Peintures pour le “EL TRETZE VENTS” - éd. du MUSEE de
CERET (Coffret collectif à tirage limité). Autres participants : Degottex,
Hajdu, Tapies, Badin, O.Debré, Viallat, A.Saura, Boutibonnes/ B.Noël,
C. Minière, M.Pleynet, J. Risset, D. Roche etc… ;
1986 : Illustration d’un livret d’opéra “BROUHAHA, ETERNEL
BROUHAHA” de Ch. Prigent (commande de l’Université de
VILLETANEUSE) ;
1987 : Décor pour le “Journal d’un Fou” de Gogol-Théatre Pourpre-
Maison des Associations LJ Lantien - Le MEE77350 ;
2002 : 12 dessins noir et blanc, extrait d'un ensemble intitulé
“Le Sommeil du Doge ou la Mémoire de l'eau”. Préface d'E. Tugny,
coll.Rapport d'étape. VENISE.

VENTES :
1991-1992 : Participation, à l’Hôtel DROUOT-RICHELIEU, à
des ventes d’art contemporain, PARIS.

PRESSE :
1976-1977 : Nouveau groupe Constat Rennes (Ouest France 17/12/1976) ;
1978 : Du côté des artistes femmes (Le Monde) ;
1984 : Bernadette Février, un personnage et des œuvres originales
(la République de Seine et Marne 6/10/1984) ;
- Bernadette Février expose (le Parisien 12/10/1984) ;
1986 : Les masques de Bernadette Février (la République de Seine et
Marne 13/10/1986) ;
1990 : Bernadette Février (Kanal Magazine n°6) ;
1991 : Mort et Vif (Revue: Le Courrier de l'UNESCO décembre 1991).

-------------------------

Quadrature du rêve

Je ne conçois point qu'une âme que Dieu a voulu remplir de
l'idée de son être infini, et souverainement parfait, doive être
anéantie.

La Bruyère, Les Caractères, XVI, 42

Quoi de plus simple que d'opposer comme devant s'affronter,
à l'entier bénéfice du néant, les poussées philosophiquement
adverses de l'Idée, du rêve du monde sur le monde, du fantasme,
de la vision, de la prière, de leur énergie propre, de leur virtù,
sur un espace domestiqué dans l'a priori de sa ductilité et de
cet espace, rétif, sauvage, frondeur, aporie erratique et mouvante
d'un “système du rêve” ?

L'apparente fixité des propositions gisantes de l'oeuvre de
Bernadette Février marque sans doute une victoire du cadre
sur l'abondance torrentueuse des rêves : rêve endogène,
sémantique intime, teratologie d'un noir rideau d'enfant la nuit
mais rêve culturel, humaniste, flux digéré des imageries ancienne
et moderne, maçonneries d'enluminures vues, anagogie aux vitraux
qui disent, déjà, l'essentiel.
Car le vitrail dont Bernadette Février vole volontiers la gamme
couleur de jour est un encadrement du songe sans solution de
songe, une syntaxe du rêve dans quoi respire le rêve et s'évade,
une coupe ossue dont s'extravase l'essence céleste captive.
L'opposition simple des ordres le cède alors à leur complexe
complicité.

C'est que la fixité est ici la résultante minée d'une psychomachie
en cours : qu'on y prête attention et le trait s'affole, le plan s'évase,
le pan déchiré bave, de l'hiératique en stuc des belles têtes coule
une larme, des oeils des masques sourd la poudre qu'on respire,
le pied est collé sur un doute, la bouche ouvre sur deux gestes
peints ennemis également abandonnés; sous les os faisant
un grand front courageux vit la blancheur de toute couleur
courant, les chairs sont des eaux claires sous quoi bougent le
vent et ses dunes, le monstre est un chapitre du vent.

La vie du rêve perce comme un jour sous son système. Cette
peinture-là n'est pas en butte à l'ubris par lequel on machine
de la vie éternelle. Elle veut dire l'échappement éternel de la vie
à la forme. L'Art peut bien procéder d'une volonté de mise au pas
d'un néant impétueux; il peut bien être facteur de mort en tant
que facteur de nombre; mais le nombre, l'harmonie, alors, sont,
volens nolens, en retour, vecteurs d'accès à une liberté supérieure,
à une supériorité libre du vivant qui est sans cause sans ordre et
sans fin. L'acte de peindre est ici tension épiphanique assumée et
domptée : il se fait continent processus de révélation d'un éternel
devenir, il arrête le regard sur l'étape d'une figure pour l'inviter
à emprunter avec elle le grand chemin qui la dissout.
Il refuse, pour s'anéantir, de s'anéantir.

Quelques vagues traits de vague et d'oiseaux, en somme, ici,
balaient la mer et le ciel comme des cordes lancées pour qu'on
y passe. Le peintre peint les dormeurs immobiles en quoi
respirent, à leur main inconnue, des mondes. Loin de lui l'idée
de conférer l'éternité à ce qui n'est pas forme mais mouvement,
présence mais devenir.

Il est le passeur dont l'impuissance à faire le temps, aliénée
dans des formes du temps, désigne le temps.

Emmanuel Tugny
Saint-Malo, décembre 2003

Site internet
http://www.bernadette-fevrier.com

RETOUR ACCUEIL PEINTURE