André-Pierre
 
Arnal

Né le 16/12/1939 à Nîmes (30) vit et travaille à Montpellier,
Paris et les cévennes.

Professeur de civilisation contemporaine dans les classes
post-baccalauréat à Montpellier.
A été membre du groupe supports / surfaces.
Nombreuses expositions personnelles et collectives. Est représenté
dans divers musées et institutions, notamment : Albright Fondation
à Buffalo N.Y, centre beaubourg, Paris etc...
Associé à la peinture une pratique de l'écriture et a produit
de nombreux livres uniques depuis 1992 ainsi que des ouvrages
en collaboration avec Bernard Noël, Patrick Wateau...

Voilà un peintre qui veut se donner le temps et la rigueur pour
trouver un langage plus primitif et plus universel. Sa peinture est,
comme il le dit lui-même, “primitive, rampante, grossière, et ...
tout à coup... lumineuse et miraculeuse”.

Valérie BRIERE-MAROGER

-----------------------------------------------

EXPOSITIONS PERSONNELLES :

1962, 1968 et 1969
- Montpellier

1962
- Arnal et Pincemin Galerie Rencontres, Paris
- Arnal et Pincemin Galerie J. Schmitt, Paris

1973
- Galerie Rencontres, Paris

1974
- Maison de la Culture, Rennes, avec P. Boutibonnes

1976
- Galerie Stevenson et Palluel, Paris

1978
- Galerie Dominique Marchés, Chateauroux

1980
- Musée Saint-Roch, Issoudun, avec J. Frémiot

1982
- Alès, Aix et Montpellier

1986
- Sommières

1987
- Galerie Dortindeguey, Anduze, avec Bertrand Vivin

1988
- Galerie Saint Ravy, Montpellier

1989
- Maison de Montpellier, Heidelberg

1990
- Galerie Wimmer, Montpellier
- ARPAC, Montpellier
- Espace Jacques Coeur, Montpellier

1991
- Château d'O, Montpellier, avec Vincent Bioulès
- Galerie Claudine Lustman, Paris

1992
- Cloître des Célestins, Toulouse
- Galerie C. Lustman, Paris

1993
- Artothèque Antonin Artaud, Marseille
- Galerie Wimmer, Montpellier

1994
- Galerie HD Nick, Aubais
- Musée du Papier, Angoulême

1995
- Hôtel de Région, Montpellier

1996
- Chateau de Tarascon
- Saint Cyprien
- Chapelle Saint Martin du Méjan, Arles

1997
- Colloque de Philosophie, Nice

1999
- "Déroulements" Espace Ecureuil, Toulouse
- "Continents intimes", Chateau d'O Montpellier
- "Les traces du voyage" galerie Stasys, Aix en Provence
- "Chemins dans la couleur" musée Ziem, Martigues

2001
- Galerie Saint Côme,
- Maison de la Culture Frontenac, Montréal
avec Marcel  Saint-Pierre
- Galerie Devlin, Montréal

2003
Avril

- Aigues-Mortes (couvent des Cordeliers)
Eté
- Ville de Narbonne
- Palais des Archaniques
- Chapelle des Perrituits bleus

Septembre
- Chartreuse de Valbonne
- Gard
- Arte Nimes

Octobre
- Salon Art Paris
Novembre
- Salon de bibliophilie Page

2004
Printemps

- Centre d’Art et de Littérature Hôtel Beury : hommage à
Christian Prigent

Automne
- Besançon
- Médiathèque d’Issy les Moulineaux
- Théatre d’O, rideau de scène : inauguration et exposition
- Arte Nimes

Octobre
- Salon Art Paris
Novembre
- Salon de bibliophilie Page

2005
Février

- Galerie Saint-Pierre Limoges
Juin
- Galerie Flora G. Paris
- Aubois  (exposition collective)
- Galerie Didus-Mick

Juin à août
- Centre d’Art et de Littérature Hôtel Beury Rétrospective
Eté
- Cardet «  Le Village » (Gard)
- Œuvres sur papier (exposition collective)

 

EXPOSITIONS COLLECTIVES :

1968
- Arnal, Azémard, Bioulès, Clément, Dezeuze, Kaplan,
Pacaud, Vermeille, Viallat, Montpellier
- Dossier 68, Nice

1969
- Galerie Daniel Templon - Interférences-, Paris

1970
- "Cent artistes dans la ville" Montpellier, Perpignan

1971
- "Supports-Surfaces", Cité Universitaire, Paris et Théâtre de Nice
- "Supports-Surfaces", 7ème Biennale de Paris

1972
- "Supports-Surfaces", Montpellier

1973
- 10ème Biennale de Sao Paulo, Brésil
- 8ème Biennale de Paris
- Section Audiovisuelle du CNAC

1974
- Musée Fabre, Montpellier
- Galerie Vandrès, Madrid
- "Toile Libre" Château de Fougère

1979
- Musée Fabre, Montpellier
- Musée Paul Valéry, Sète

1981
- "Futurs corps passés", Musée Favre Montpellier

1985
- Maison de Heidelberg, Montpellier

1986
- Montpellier, Saint Cergue, Suisse
- Galerie Athanor (avec Bioulès, Cane, Dezeuze, Dolla, Grand, Pagès, Viallat), Marseille

1987
- Château de Taurines

1988
- Galerie Dortindeguey, Anduze

1990
- Le Bel Age, Château de Chamborg

1991
- "Butor et ses peintres", Galerie Wimmer Montpellier
- Musée de Saint Etienne
- Château de Salses, Pyrénées Orientales

1992
- Musée de Tel Aviv
- Hôtel de Région, Montpellier
- Château de Castries
- Galerie Trintignant, Montpellier
- Galerie Le Chanjour, Nice

1993
- Musée d'Ashya, Japon
- Galerie C. Lustman, Paris

1994
- Pavillon du Musée Favre, Montpellier

1995
- Galerie Manu-Timoneda, Aix en Provence
- Maison du Peuple, Lunel
- Galerie HD Nick, Aubais

1996
- Heidelberg, Allemagne

1998
- Galerie Manu-Timoneda, Aix en Provence
- Les années "Supports Surfaces" galerie nationale du Jeu de Paume, Paris

 

ŒUVRES DANS LES COLLECTIONS PUBLIQUES :

- CNAC, Paris, Musée d'art Moderne de la ville de Paris
- FNAC, Paris
- FRAC, Languedoc-Roussillon
- Artothèque Montpellier
- FRAC, Centre
- Musée de Nice
- Fondation Albright-Knox, Buffalo, USA
- Artothèque Antonin Artaud Marseille
- Artothèque Miramas
 

-------------------------------------------------------------------------------------

Livre
“Chemins d'ardoise”

Extrait

art_peinture

art_peinture

-----------------------------------------

Entretien en soi
Propos de l'artiste (extraits)  

... Même si l'impact biographique est moins apparent chez certains,
les éléments historiques et émotionnels sont toujours fortement
présents et déterminants dans le parcours d'une oeuvre... 

... Mon étude de Paul Klee transformée progressivement en culte
m'a poussé à la Fondation de Berne où j'ai fait un petit séjour
en juillet 1965. Ma reconnaissance d'un "père en peinture" avait
fait de moi, d'une certaine façon, quelqu'un qui se voulait peintre
et commençait ainsi sa période de formation... 

...Le pliage est une façon mécanique, manuelle, de diviser la toile
en une série de surfaces qui se déduisent les unes des autres dans
des rapports simples, s'ordonnant autour de la surface "restante"... 

...Le plaisir de répandre la couleur comme pour la boire ; le plaisir
de maculer jusqu'à ses mains et son pantalon ; de verser des liquides
pâteux ou fluides ; les deux pieds dans la couleur qui déborde
la cuvette du désir... 

... L'écriture a les terribles contraintes d'un code arbitraire
et conventionnel et c'est par ces contraintes que la libération
est d'autant plus éclatante. La peinture est primitive rampante,
grossière, et... tout à coup... lumineuse et miraculeuse... 

... Je travaille dans l'urgence, l'angoisse et la jubilation, entre
la conscience lourde du temps perdu et le sentiment désespérant
que le temps est à l'œuvre... 

... L'œuvre accumulée produit de plus en plus de sens et à mesure
que les années passent la mettent en perspective. Chaque élément
de l'œuvre entre en résonance avec un autre et avec l'ensemble... 

... Piège ou problème, le labyrinthe est une de nos structures intimes
qui repose en nous, déternine notre pensée, induit nos déambulations
mentales et pédestres... 

... Chaque technique mise en oeuvre fait partie intégrante du travail
qui doit être perçu comme une recherche unique qui se développe
dans le temps. 

Cette recherche peut être définie comme un essai d'analyse,
progressive mais non systématique des modes d'inscription
de la couleur sur un support. 

Les étapes de cette recherche, qui a commencé en 1965, sont
résumées et désignées par les techniques utilisées : monotypes,
empreintes, fripages, froissages, pliages, teintures sur réserves,
ficelages, frottages, pochoirs, et aujourd'hui, arrachements... 

Certains peintres disent tout dans une seule toile (leur palette,
leur poétique, leur dessin, leur thématique). Chacune de mes peintures,
au contraire, n'est qu'un morceau d'un grand ensemble qui
se développe dans le temps et dans l'espace....”

Entretien mené par Bernard Teulon -Nouailles
in André-Pierre Arnal L'État des lieux 
Galerie Wimmer/ La Différence 1990

-------------------------------------------------------------------------------------

Prône
Michel Butor
 
Toile après toile peindre teindre page après page teindre baigner
champs cimetières pas après pas baigner plier cimetières villages
tisser ratisser marche après marche plier étendre villages canaux
ratisser labourer psaumes roseraies porte après porte étendre
tracer canaux carrefours labourer semer roseraies cantiques
chasubles étendards galerie après galerie tracer rouler carrefours
vergers semer aligner cantiques funérailles étendards oriflammes
j'attends je vois croisée après croisée rouler se déployer vergers
viviers s'aligner s'arroser funérailles noces oriflammes velours
je vois j'écoute l'or le cuir croix après croix déployer monter viviers
forêts arroser greffer noces répons velours damas j'écoute
je regarde le cuir le bois la pluie les nuages.
 
Prône (extrait)
in André-Pierre Arnal L'État des lieux 
Galerie Wimmer/ La Différence 1990

-------------------------------------------------------------------------------------

Préhistoire 2
Jean Rouaud
 
... Mais c'est sciemment que vous abandonnez cette maîtrise totale
qui a prétendu régir le monde - pour ce que cela a donné - et choisissez
de vous en remettre à une certaine forme de hasard qui de toute
manière ne fera pas plus mal les choses. Vous en aurez bientôt
le cœur net. André-Pierre Arnal tire sur la toile, l'expose entre
ses bras écartés. Regardez maintenant. Un arrachement, dit-il.
Oui, un arrachement. 

Le Champ traversé suivi de Les Traces du voyage
catalogue de l'exposition Le champ traversé
au Château de Tarascon et à la Chapelle du Méjan d'Arles
Actes Sud 1996

-------------------------------------------------------------------------------------

Chemins dans la couleur
propos de l'artiste (extrait)
 

“La technique, quelle qu'elle soit, est ce qui relie la matière et la pensée.
Cela depuis la préhistoire. Et ceci continue parce que c'est la base
même de la création  et de la culture. Comme dans l'univers
scientifique l'art poursuit une voie de dévoilement...
Par ailleurs, nous avons conscience que la vérité n'est jamais atteinte
ni sur le monde ni sur soi parce que notre pensée et nos sens sont
limités. Ce qui ne nous empêche pas d'être fermement plongés dans
ce chantier angoissant et exaltant de la recherche du "continent intime".
Chemins dans la couleur”

Catalogue de l'exposition André-Pierre Arnal 
au Musée Ziem de Martigues
Éditions Actes Sud 1999

-------------------------------------------------------------------

The cutting Edge of reading : artists' books
 
... Fidèle admirateur de Paul Klee et de l'expressionnisme abstrait 
américain, il a exploré et pratiqué un grand nombre de techniques,
dont le pliage, le collage et le monotype, avant d'inventer l'arrachement, présent dans tous ses livres récents, y compris Conviction du contresens. La technique de l'arrachement conduit la surface désignée à se peindre elle même. Après avoir soigneusement versé des couleurs acryliques sur une grande surface en plastique, l'artiste suit en le modifiant le processus du monotype en plaçant sur ce support la toile ou le papier dont il arrache des fragments délibérément choisis.

Après une longue période de séchage, ce procédé aboutit à une oeuvre
abstraite. On peut se demander comment des images dérivées
d'une technique purement plastique et ne désignant qu'elles mêmes
peuvent requérir un accompagnement poétique. Arnal nous apprend
que la production d'un arrachement déclenche un déplacement vers
le verbal. Il semblerait que le procédé lui-même amorce un langage
capable de mener à une formulation visuelle. Dans les livres d'Arnal
l'arrachement fonctionne à la fois comme une image se suffisant
à elle-même et comme une promesse verbale....
 
Renée Riese Hubert et Judd D. Hubert
Historiens d'art et critiques américains
extrait de : The cutting Edge of reading : Artists' books
Ed. Granary Books, New York 1999

 

RETOUR ACCUEIL PEINTURE

art_peinture